La taille

Le principe

Traditionnellement, les travaux de taille commencent en Champagne au moment de la Saint Vincent, le 22 janvier. Mais il arrive bien souvent que ceux-ci soient mis en œuvre dès la fin de l’année ou même dès les vendanges achevées. Avancer les travaux de taille comporte cependant un risque. En effet, plus la taille est effectuée tôt plus le débourrement de la vigne sera précoce avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur les plants en cas de gelées. Dans tous les cas, il est nécessaire de respecter un repos hivernal d’au moins un mois, lorsque les jours sont les plus courts et les plus froids.

Lors de cette courte trêve, le vigneron ne chôme pas pour autant. Grâce à l’observation attentive de ses parcelles, la couleur du feuillage peut lui apporter quelques indications importantes comme par exemple des carences nutritionnelles. Il lui est aussi possible d’identifier des aires de contamination par certaines maladies telles que l’esca ou le black dead arm. Dans ces cas, il doit opérer un arrachage des pieds contaminés et leur élimination par le feu pour éviter tout risque de prolifération. Il profite aussi de cette brève période pour procéder à des analyses de sols qui lui donneront un éclairage sur le choix de la fertilisation à effectuer.

La taille est souvent devancée par une première opération dite de pré-taille ou « émondage ». Cette opération consiste à enlever les baguettes (ou rameaux) et les charpentes inutiles et ne garder que celles qui seront concernées par la taille proprement dite.

Le rôle de la taille est, tout d’abord, de limiter le nombre de bourgeons fructifères et de diriger la circulation de la sève dans leur direction ce qui permet d’obtenir un bon équilibre vigueur/fertilité de la vigne. Ensuite, la taille favorise un meilleur ensoleillement des futures grappes ainsi que leur aération. Elle permet aussi un certain rajeunissement de la vigne en favorisant les rejets de souche destinés dans le futur à la production. Enfin, elle façonne les rangs afin de les préparer pour les travaux à venir, liage, travaux en vert…

Il est préférable d’effectuer la taille avant la fin du mois de mars. Mi-avril, c’est le moment de réaliser le liage des sarments. Cette opération minutieuse est manuelle. Elle nécessite de la part du vigneron une grande délicatesse. Elle consiste à fixer les sarments nouvellement taillés de part et d’autre du fil support par des liens plastifiés.

Les 4 grands types de tailles

La Champagne est l’une des seules AOC françaises pour lesquelles les méthodes de taille sont strictement réglementées. Issues de pratiques dont l’origine remonte à des temps immémoriaux, elles sont au nombre de quatre : la taille Guyot, la taille en Cordon de Royat, la taille Vallée de la Marne et la taille Chablis.


La taille Guyot

Cette méthode a été imaginée par le Docteur Jules Guyot (1807 – 1872) afin de palier la faiblesse des rendements de certains vignobles français. D’après la réglementation de l’AOC, la taille Guyot est interdite dans les aires d’appellation grand cru et premier cru. Cette méthode de taille à deux variantes. La « simple » et la « double ou Poussard ».

La taille Guyot simple est caractérisée par un courson (branche taillée court à trois ou quatre yeux (bourgeons) afin d’y concentrer la sève) à trois yeux francs et une baguette à dix yeux francs.

La taille Guyot double se caractérise par deux coursons à deux yeux francs et deux baguettes à huit yeux francs dont six au maximum sont fixés horizontalement sur le fil lieur.

Les baguettes sont liées à une hauteur maximale de 50 cm au-dessus du sol.

La taille en Cordon de Royat

La taille en cordon de Royat est autorisée pour tous les cépages et tous les crus. C’est une méthode qui permet d’améliorer l’aération, l’ensoleillement et le traitement des grappes. Elle permet aussi de réduire la vigueur des plants ainsi que les rendements observés d’au moins 20 à 30 %. De plus, elle facilite la mécanisation des tâches (taille, récolte).

Définie comme une taille courte, elle s’effectue sur une charpente longue (bois âgé portant les coursons (bourgeons) ou les prolongements fructifères) de un ou deux bras horizontaux positionnés à moins de 60 cm du sol. Les coursons (branche taillée court à trois ou quatre yeux (bourgeons) afin d’y concentrer la sève) sont au nombre de 2 à 5 et installés dans le sens du palissage.

Taille en cordon de Royat

 

La taille Vallée de la Marne

La taille dite Vallée de la Marne est interdite dans aires d’appellation grand cru et premier cru. Elle n’est autorisée que sur les plants de pinot meunier. Cette méthode est similaire à la taille dite Guyot mais elle présente un nombre d’yeux supérieur. Un courson (branche taillée court à trois ou quatre yeux (bourgeons) afin d’y concentrer la sève) à 3 yeux francs, une baguette (ou rameau) à 9 yeux et un prolongement à 6 yeux. Les bourgeons doivent être situés à moins de 50 cm de la surface du sol.

Cette méthode est de moins en moins utilisée dans le vignoble champenois.

La taille Chablis

La taille Chablis est autorisée pour tous les cépages et tous les crus. Elle est la plus utilisée pour la taille du chardonnay, spécialement dans les aires d’appellation grand cru et premier cru. C’est une taille longue qui se caractérise par une charpente (bois âgé portant les coursons (bourgeons) ou les prolongements fructifères) longue de 5 yeux. Les coursons (branches taillée court à trois ou quatre yeux (bourgeons) afin d’y concentrer la sève) sont espacés de 15 cm au minimum et taillés à 2 yeux francs pour les pinots noir et meunier et 3 yeux francs pour le chardonnay.

20140228_160827

 


Sources d’information