Les aléas climatiques

La culture de la vigne est soumise à trois aléas majeurs qui, chacun à leur niveau, peuvent avoir un impact plus ou moins important tant qualitatif que quantitatif selon leur fréquence et leur intensité.

Alors que les effets des deux premiers d’entre eux, à savoir les maladies et les ravageurs de la vigne, peuvent être minimisés grâce à des pratiques culturales adaptées ou des moyens de lutte préventifs (ou curatifs si cela ne suffit pas), les aléas climatiques sont, quant à eux, beaucoup moins prévisibles et contrôlables.

Parmi ces aléas climatiques, on retrouve les gelées de printemps, les orages de grêle et les gelées d’hiver. Il existe cependant quelques méthodes ou techniques pour limiter leurs effets.

 

Sources d’information