La planification des vendanges

En Champagne comme dans tout autre vignoble, la qualité d’un vin repose sur l’état sanitaire des raisins et du stade de maturité de chacun de ses composants (acidité, sucre, polyphénols, arômes) Il n’y a pas de bon vin sans bon raisin. C’est d’autant plus vrai ici où les conditions de culture de la vigne se rapprochent de ses limites extrêmes.

En Champagne, la maturité optimale pour l’obtention d’un vin de qualité ne correspond pas à la maturité physiologique du raisin mais à un intermédiaire appelé « technologique » et qui est défini comme le rapport idéal entre le taux de sucre et l’acidité.

Cette maturité est étroitement liée aux conditions climatiques de l’année et notamment à deux périodes particulièrement cruciales : le début du printemps marqué par le départ en végétation de la vigne et les mois d’été au cours desquels s’effectue la maturation des raisins.

Dans le vignoble champenois, les vendanges sont scrupuleusement encadrées par la loi. Des manquements graves à la réglementation en vigueur peuvent aboutir à la perte de l’appellation « Champagne » d’une partie ou de la totalité de la récolte.

Un réseau de professionnels est chargé d’observer l’état d’avancement de la maturité des raisins à travers tout le vignoble, c’est le « Réseau Matu ».  En fonction des données récoltées, les dates de vendanges sont alors fixées par un collège d’experts rassemblant des représentants des vignerons et du négoce. Elles sont soumises à la Préfecture qui les officialise par un arrêté.

 

Source d’information.