Le cycle de la vigne

Le procédé d’élaboration du vin a beau être le plus efficace qui soit, l’organisation la plus rationnelle possible, les hommes les plus compétents, le vin de Champagne ne serait pas ce qu’il est sans le soin que les vignerons apportent à leur vigne. Le raisin, matière première, matière vivante. Sans le raisin, le champagne ne serait pas. La qualité exceptionnelle de ce vin rend nécessaire des soins tout particuliers à cette vigne un peu rebelle, un peu insatiable. Les vignerons l’ont compris depuis fort longtemps. C’est pour cela qu’ils portent au travail à la vigne la plus grande des attentions car ils sont les mieux placés pour savoir qu’une vigne mal entretenue, mal dominée, donne des raisins de piètre qualité. Dans ces conditions, impossible d’obtenir un champagne digne de ce nom malgré tous les talents du vinificateur.

Ainsi, la vigne est le point d’attention du vigneron qui ne fera pas l’économie de ses efforts et de son abnégation pour prodiguer à ses parcelles ses plus grands soins. Il est à l’écoute de la nature, témoin quotidien du rythme séculaire des saisons, observateur attentif du cycle végétatif de la vigne.

Ce cycle est une succession de stades dits « phénologiques » par lequel le plant de vigne passe. De la montée de la sève à la fin de l’hiver en passant par le débourrement printanier jusqu’à la tombée des feuilles automnales, la plante subit et connaît des changements physiologiques importants. Une bonne observation de ces différents stades, des travaux de préparation adaptés, des soins prodigués avec justesse (et aussi une météorologie clémente) permettront alors d’obtenir au moment des vendanges une qualité de raisin optimale.

 

Sources d’information