Les coopératives

Il existe environ 140 coopératives dont seulement une quarantaine commercialise le champagne qu’elles produisent. Le nombre de vignerons adhérents est de l’ordre de 13’800 et la surface viticole en coopératives représente un ordre de grandeur de 13’000 hectares environ.

La taille de ces coopératives est très variable. Les plus petites d’entre elles n’ont qu’une activité très limitée. Certaines ne font que du pressurage et la surface cumulée de vigne de leurs adhérents ne dépassent pas quelques dizaines d’hectares. D’autres un peu plus importantes peuvent réaliser les différentes étapes œnologiques (vinification, assemblage, seconde fermentation). Certaines d’entre elles vont jusqu’à la commercialisation de leur champagne pour le compte de leurs adhérents ou sous le compte de leur propre marque. La superficie cumulée de vigne des plus grandes peut dépasser les 300 hectares.

Beaucoup de coopératives communales se regroupent au sein d’unions de coopératives. De telles unions leur assurent un poids non négligeable dans les négociations avec les Maisons de négoce lors de la vente du raisin de leurs adhérents. Ces unions permettent aussi d’accroître le potentiel financier de la structure et leur donne ainsi la possibilité d’améliorer les outils de production grâce à des investissements très onéreux (cuverie de débourbage, cuverie inox thermorégulée, pressoirs hydrauliques…). Cela leur permet aussi de diversifier le catalogue des cuvées destinées à la commercialisation.

Certains adhérents de ces coopératives vendent la totalité de leur production à leur coopérative qui se charge alors de le vendre à leur tour aux Maisons de négoce. D’autres encore reprennent une partie de leur apport sous forme de vin et le commercialisent sous leur propre nom même si ce vin a été partiellement ou en totalité élaboré au sein de leur coopérative.

Les volumes commercialisés par les coopératives représentent plus de 10 % des ventes totales de champagne.

 

Sources d’information