Le pinot noir

Histoire

 
Le pinot noir représente 38% de l’encépagement total de la Champagne viticole. C’est le cépage le plus répandu à travers ce vignoble. Il est à grains noirs et chair blanche. Historiquement, la culture de ce cépage remonte à de très nombreux siècles même s’il est très difficile de dire avec précision quand celle-ci a débuté. La première trace écrite remonte semble-t-il au XIVe siècle (1375) et la vague mention d’un « Pinot Vermeil » consigné dans un document hospitalier bourguignon. Ce n’est qu’en 1752 que le pinot noir est nommément cité dans un ouvrage de viticulture. Tout laisse à penser que ce cépage a pour origine la Bourgogne où il y est cultivé depuis fort longtemps et qu’il y a été ramener afin de produire des vins capable de rivaliser en qualité avec ceux de l’illustre voisin.

Caractéristiques

 
Quoique très répandu (il existe actuellement près de 1000 espèces ou clones répertoriés), le pinot noir n’en demeure pas moins un cépage relativement délicat à cultiver. Il demande une surveillance accrue et des soins tout particuliers.

Connue et reconnue pour n’importe quel vignoble, l’importance capitale de l’association climat-sol-cépage (ce que l’on pourrait définir comme le « Terroir ») est en Champagne d’autant plus grande qu’elle l’est pour le pinot noir. En effet ce cépage a la particularité d’être un excellent révélateur des conditions environnementales dans lesquelles il est cultivé.

Le pinot noir apprécie la fraîcheur et une pression hydrique modérée. Il affectionne particulièrement les orientations des coteaux à l’est, sud-est ou plein sud mais n’apprécie guère le vent et celui du nord d’autant moins. Assez résistant, il supporte les très basses températures pouvant descendre jusqu’à -20°C. Au-dessous de cette limite, il a tendance a beaucoup souffrir. Le gel prolongé peut avoir sur lui de graves conséquences, tant au niveau des bourgeons que des sarments. C’est le phénomène du gel d’hiver. Au contraire, en été il souffre des périodes très chaudes qui se prolongent. En effet, les grandes chaleurs font perdre au vin son acidité dont il tire la fraîcheur et sa structure.

Au niveau du sol, le pinot noir trouve un terrain de prédilection dans des sols de nature calcaire ou argilo-calcaire très bien drainés, n’appréciant que peu modérément ceux trop argileux et ou trop humides (qui le font pourrir sur racines).

Concernant son cycle végétatif, la durée de celui-ci est fonction de la température extérieure mais il est généralement observée une période de 223 jours entre le débourrement printanier et la chute des feuilles en automne. Mais de manière générale, au cours d’une saison sans extrême, il est possible de dire qu’il débute son cycle lorsque la température moyenne de l’atmosphère franchit les 10°C. Le pinot noir possède un débourrement précoce (traditionnellement entre fin avril et première semaine de mai) ce qui le rend, aux latitudes de la Champagne, très sensible aux gelées de printemps. Ces gelées ont pour conséquences une nouaison défectueuse (c’est-à-dire la formation des grains de raisin au sortir de la fleur) et l’apparition du phénomène de coulure ou de millerandage. (formation défectueuse du fruit). Le pinot noir est un cépage à maturité précoce, c’est-à-dire que ces grains de raisins atteignent leur maturité (composition optimale en sucre, acidité, anthocyanes ou aux composés phénoliques) un peu près 45 jours après la véraison (phénomène au cours duquel les grains de raisin se colorent).

Il est important de bien suivre l’évolution de ce cépage tout au long de son cycle végétatif car il est sensible à de très nombreuses maladies (notamment cryptogamiques c’est-à-dire d’origine fongique) comme l’oïdium, le mildiou, la pourriture grise ou le court-noué pour lesquelles des soins attentionnés et des traitements sont nécessaires pour l’en prévenir ou l’en débarrasser.

Le pinot noir est aussi la cible de quelques ravageurs dont il faut le protéger (notamment la pyrale et la cochylis). Pour ce qui est du phylloxera (qui a décimé le vignoble champenois à la fin du XIXe siècle) l’utilisation généralisée des porte-greffes résistants ont permis de stopper la prolifération de ce fléau.

Vinification

 
Afin d’obtenir un vin possédant une grande structure, il est important de bien surveiller sa vigueur. Naturellement peu enclin à produire du raisin en masse, il convient toutefois de le tailler suffisamment pour garder un rendement moyen, garant de cette qualité. Arrivé à maturité, le pinot noir produit des vins d’une grande complexité et d’une grande structure. Il exprime des arômes de fruits rouges (tels que la fraise, le cassis), des notes florales (violette) ou de fruits secs.

 

Sources d’information